Publicité
Encyclo

Pourquoi le sel fait fondre la glace?

11-01-2019
Sel

Photo: urban_light@depositphotos.com

C’est l’hiver et le trottoir est glacé. Pour éviter que les piétons se cassent la figure dans un ballet aérien digne des meilleurs patineurs artistiques, les villes nordiques étalent des milliers de tonnes de sel dans les rues. En quoi cette méthode est-elle plus efficace que le traditionnel pic à glace?

Une expérience très simple permet de répondre à cette question. Il te suffit de refroidir deux verres d’eau, l’un salé et l’autre non. Sans surprise, l’eau du robinet gèle à 0°C, tandis que l’eau salée reste liquide à cette température.

L’eau salée possède un point de fusion plus bas que celui de l’eau pure, c’est-à-dire que la température doit être plus froide pour qu’elle passe de la phase liquide à la phase solide. Ainsi, pour une concentration en chlorure de sodium (sel de table) de 20%, il te faudra abaisser la température à -16°C pour voir de la glace se former!

Lorsqu’on saupoudre un glaçon de sel, les grains se dissolvent dans la fine couche d’eau à la surface de la glace. À mesure que la concentration en sel augmente, la température de fusion diminue. Si le glaçon possède une température supérieure au nouveau point de fusion, il fond. Par exemple, si la glace sur le trottoir est à -5°C, et qu’en ajoutant le sel, sa température de fusion passe de 0°C à -6°C… elle fond comme neige au soleil!

Selon cette logique, plus il fait froid dehors, plus il faut de sel. La technique a donc ses limites. Heureusement, il existe des alternatives! En cas de froids polaires, il est possible de troquer le chlorure de sodium pour d’autres sels comme le chlorure de calcium ou le chlorure de magnésium. Plus efficaces, ces substances sont toutefois plus dommageables pour l’environnement. Que faire alors? Bien qu’il ne fasse pas fondre la glace, le sable peut être parsemé dans les rues pour créer une surface moins glissante. Ça ne vaut peut-être pas une plage de sable chaud, mais au moins, ça t’évite de perdre pied… et de perdre la face!

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Une montagne en pleine croissance

Il y a 100 millions d’années, l’Everest n’existait pas ! C’est pourtant aujourd’hui la plus haute montagne du monde, avec ses 8 850 mètres d’altitude. Bien sûr, elle n’est pas apparue par magie. Comme ses consœurs de l’Himalaya, l’Everest est né d’une rencontre : celle de deux plaques tectoniques.
Québec Science 09-05-2014
Encyclo

L’oreille, comment ça marche ?

La sonnerie d’un téléphone, le claquement d’une porte ou encore des bruits de pas : les sons font partie de notre quotidien et permettent de nous renseigner sur le monde extérieur. Nous les utilisons pour communiquer, avertir d’un danger ou encore nous distraire. Un fonctionnement à première vue banal, et pourtant, c’est un long voyage qu’entreprennent ces signaux sonores pour arriver jusqu’à notre cerveau.
Québec Science 11-05-2014
Encyclo

La masse volumique démasquée

La masse volumique, ce n’est pas sorcier. Prends le poids d’un objet et divise-le par son volume. Voilà, tu connais sa densité ! Autrement dit, plus un objet a une grande masse volumique, plus il contient de matière par rapport à l’espace qu’il occupe.
Québec Science 08-05-2014