Publicité
Encyclo

Un écosystème marin plus grand que nature

09-01-2020

Photo: iofoto@depositphotos.com

Pour son édition 2019, notre dossier des Découvertes de l’année s’offre une cure de jeunesse! En plus des textes réguliers de nos journalistes, nous avons demandé à des élèves de la quatrième année du secondaire du Collège Sainte-Anne de Lachine de nous présenter à leur façon les découvertes primées.
La science d’ici vue par les jeunes d’ici!

Le déséquilibre d’une tour de Jenga affecte tout le reste des joueurs, car une mauvaise décision peut faire s’écrouler la structure de bois. Il en est de même pour le réseau de chaînes alimentaires entre les poissons de la mer : la disparition d’une espèce peut avoir un impact sur la structure entière… à l’échelle mondiale !

Une équipe de chercheurs de l’Université de Sherbrooke et de l’Université Laval, chapeautée par Dominique Gravel, a découvert que les poissons des océans sont tous interconnectés. Contrairement aux hypothèses qui laissaient supposer que les espèces ont principalement des liens avec celles de leur écosystème immédiat, les relations s’étendent plus loin qu’anticipé.

Les chercheurs ont observé les interactions prédateurs-proies de 11 365 espèces de poissons et ont constaté qu’elles étaient toutes reliées entre elles par un maximum de trois degrés de séparation. La disparition d’une espèce peut donc avoir un impact sur un autre poisson vivant dans un autre océan. De plus, ils se sont aperçus que la migration des espèces influence aussi le réseau trophique des poissons, créant ainsi un réseau global entre tous les poissons du monde. Chaque espèce de poisson a sa place à l’intérieur de ce système complexe.

Ils ont aussi mesuré que plus il y a de liens prédateur-proie dans l’écosystème, plus celui-ci est robuste, puisque les poissons peuvent facilement remplacer une proie disparue par une autre. Les chercheurs ont pu le démontrer en simulant l’extinction d’espèces pour en observer les impacts. Ils ont remarqué que l’écosystème réussit à s’adapter, tout en demeurant robuste, tout comme une tour de Jenga bien construite, de laquelle on retire un morceau.

Les perturbations environnementales qui ont lieu localement pourraient donc avoir des répercussions globales. « Un déversement de pétrole dans le Golfe du Mexique pourrait avoir des impacts jusqu’ici, au Québec », explique Philippe Archambault, professeur et chercheur en biologie à l’Université de Laval.

Ces résultats, qui étaient attendus avec impatience par l’ONU, suscitent de nouvelles considérations dans le domaine de la biologie marine. D’ailleurs, ceux-ci ont déjà incité quelques pays européens à approcher la gestion de la biodiversité marine d’un point de vue planétaire et axé sur un écosystème balancé, au lieu de travailler seulement sur la protection de leurs eaux nationales respectives. Comme la superficie marine représente plus de 70% de la surface terrestre, les actions d’un pays peuvent avoir des impacts à l’échelle mondiale.

 

Auteurs: Justine Gagnon, Gabrielle Lestage, Sofia Benchekroun, Noura Habbab, Daniel Ibrahim et Émile Vigneault

 

Lisez la présentation de cette découverte par l’équipe de Québec Science.

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Que sont ces sons ?

L’oreille humaine peut percevoir des fréquences allant de 20 Hz à 20 000 Hz. Au-delà de 20 000 Hz, c’est le domaine des ultrasons. Si nous ne les entendons pas, certains animaux le peuvent.
Québec Science 09-05-2014
Encyclo

Pas trop de pétrole !

Du pétrole, on n’en aura pas toujours ! On prévoit même que d’ici une centaine d’années, il n’y en aura plus du tout sur la Terre. Il faudra alors trouver d’autres solutions.
Québec Science 08-05-2014
Encyclo

Une usine à la maison

Quel est le lien entre des bonbons, des chocolats, un bikini sur mesure, un violon et des pièces d’avions ? Tous ces objets ont déjà été fabriqués avec une imprimante en trois dimensions (3D). Ces petites usines personnelles de plus en plus abordables pourraient bientôt t’éviter d’aller au magasin.
Québec Science 25-06-2014