Publicité
Professions

Astrophysicienne

02-08-2014

Tout le monde a déjà fait ça : lever le nez par une belle nuit sans nuages pour contempler le ciel. Étoiles, planètes, astéroïdes ont toujours fasciné les grands comme les petits. L’astrophysicien consacre son temps à étudier ces objets célestes. Face à l’immensité de ce domaine d’étude, le scientifique doit se spécialiser : cosmologie, planétologie, physique stellaire… À l’aide d’instruments de mesures et d’observations superpuissants (télescope, spectrographe), il sonde l’univers pour établir ou tester des théories scientifiques.

Études

Sur les bancs d’école…
Victoria a réalisé une maîtrise et un doctorat en physique à l’Université de Princeton (New Jersey). Elle a ensuite réalisé un postdoctorat au Jet Propulsion Laboratory de la NASA (en Californie), et au Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Cambridge pour travailler avec le télescope spatial Hubble. Professeure en 1997 au MIT, elle est entrée à l’Université McGill en 2000.

Au cégep :
DEC en sciences de la nature (2 ans)

À l’université :
Baccalauréat en physique (3 ans)
Maîtrise (2 à 3 ans) puis doctorat (3 à 5 ans) en astronomie.
Ensuite, il faut parfois faire un postdoctorat, l’équivalent d’un grand stage en recherche.

Et après ?
L’astrophysicien peut travailler dans des observatoires astronomiques (comme celui du Mont-Mégantic) et des centres de recherche. Il peut également être enseignant-chercheur et exercer ses fonctions au sein d’une université.

Publicité

À lire aussi

Professions

Éthologue

« Pourquoi le chat se frotte-t-il l’oreille ? » Est-ce que ça lui pique ? Est-ce pour se laver ? Sans le savoir, un enfant qui observe son chat joue parfois à l’éthologue.
Québec Science 09-09-2011
Professions

Préparateur de fossiles

Découvrir un fossile est une chance, mais dégager le fossile de ses sédiments sans l’abîmer est un art. Précieux et fragiles, ces archives du passé doivent être nettoyées par un spécialiste minutieux, le préparateur de fossiles.
Québec Science 15-09-2017
Professions

Ingénieur forestier

Les forêts du Québec ne sont pas seulement des écosystèmes biologiques. Elles sont aussi des moteurs économiques : exploitation du bois, chasse, pêche, randonnée, tourisme, etc. Et qui dit activité économique dit aussi gestion.
Québec Science 17-06-2014