Publicité
Santé

Comment « booster » son système immunitaire?

12-05-2018

Photo: Milo McDowell (Unsplash)

Comment booster son immunité? Hélas, le système immunitaire n’est pas un guerrier gaulois : aucune potion magique, aliment, supplément ou autre vitamine ne peut le rendre invincible.

Comme son nom l’indique, le système immunitaire est un système, très complexe, qui fait intervenir des centaines de molécules et de cellules dont les interactions sont finement régulées. Difficile, donc, de booster tout ce petit monde sans le dérégler, quand bien même on saurait le faire !

En fait, ce serait même une assez mauvaise idée. Pour mieux comprendre, il faut savoir qu’on distingue l’immunité innée de l’adaptative. La première est une réponse immédiate qui constitue la ligne de défense initiale. Elle repose surtout sur des cellules « mangeuses » d’intrus, qui ne tiennent pas compte de la nature de l’ennemi, et qui provoquent une réaction inflammatoire associée à des symptômes désagréables (fièvre, douleurs, etc.). L’immunité adaptative, elle, est la deuxième ligne de défense. Elle fait appel à une armée de lymphocytes B et T qui produisent des anticorps ou sont dotés de récepteurs permettant la reconnaissance ciblée d’une multitude d’agents infectieux. On acquiert cette immunité spécifique à force d’être confronté à des infections, ou par la vaccination qui reste le meilleur moyen de booster son immunité. Renforcer l’une ou l’autre de ces armées ne servirait pas à grand-chose : c’est le côté adaptable du système – il s’active seulement quand nécessaire – qui le rend si performant.

D’ailleurs, les personnes qui ont un système immunitaire trop réactif sont sujettes aux maladies auto-immunes. C’est ce qu’a démontré en 2016 l’équipe de Luis Barreiro, chercheur au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine : les Afro-Américains, qui ont une réponse immunitaire aux infections beaucoup plus forte que les Blancs, sont aussi plus susceptibles de développer des maladies inflammatoires et auto-immunes, comme la maladie de Crohn.

Alors, comment peut-on se préparer à affronter rhumes et gastros ? Une chose est sûre : de manière générale, le fait d’avoir de saines habitudes de vie, de ne pas fumer et de bien dormir est associé à une meilleure capacité à résister aux infections. Autre certitude, le stress chronique affecte bel et bien le système immunitaire, en agissant sur des hormones comme le cortisol.

Du côté des aliments censés renforcer nos défenses, pas de miracle, mais il faut bien sûr éviter les carences. On peut toutefois souligner que l’arginine, un acide aminé présent dans certaines protéines, favorise la prolifération des lymphocytes T, tout comme le zinc qui semble jouer de nombreux rôles pour favoriser l’immunité. Plusieurs études ont démontré que la supplémentation en zinc permettait de réduire le nombre d’épisodes infectieux, mais beaucoup de ces études ont été menées auprès de populations carencées en zinc. Si l’alimentation est équilibrée, l’intérêt de tels suppléments est moins établi. Une méta-analyse publiée en 2013 a tout de même démontré que la prise de zinc dès le début d’un rhume (plus de 75 mg/j) permet de réduire la durée des symptômes de une journée.

Prêts pour le combat ?

Cet article fait partie d’un dossier répondant aux 50 questions de santé les plus fréquemment entrées par les Québécois dans le moteur de recherche Google. Pour accéder à toutes les questions de santé, cliquez ici.

 

Publicité

À lire aussi

Santé

Vieillir? Et puis après?

Québec Science a consacré un numéro spécial au vieillissement, de ses mystères biologiques à ses enjeux sociétaux, histoire de déboulonner les idées reçues.
Québec Science 13-03-2015
Santé

Un psy au bout des doigts

Que vous soyez stressé, dépressif ou dépendant, il suffirait désormais d’activer votre téléphone intelligent pour atténuer ces tourments. En tout cas, c’est ce que promettent des milliers d’applications mobiles. Trop beau pour être vrai ?
Alice Mariette 15-02-2018
Santé

Perturbateurs endocriniens: des coûts astronomiques pour la santé

340 milliards de dollars: c'est le coût de santé annuel attribuable aux perturbateurs endocriniens aux Etats-Unis.
Marine Corniou 18-10-2016