Publicité
Santé

COVID-19: l’espoir des anticorps monoclonaux

28-07-2020

Des anticorps s’agrippent aux protéines de surface du coronavirus. Image: Shutterstock.com

C’est une chasse au trésor mondiale : dénicher les anticorps qui neutraliseront le coronavirus, avant même de disposer d’un vaccin.

Isoler les anticorps les plus efficaces contre le virus de la COVID-19 pour en faire un médicament. Voilà la mission que poursuivent une cinquantaine d’entreprises et d’instituts de recherche dans le monde, motivés par un constat : les personnes qui guérissent de la maladie s’en tirent en grande majorité à l’aide de leur seul système immunitaire !

Ne reste plus qu’à mettre la main sur les meilleurs candidats et à les copier en laboratoire afin de les produire à grande échelle − une solution plus sûre et plus simple que les transfusions de plasma de donneurs convalescents. L’entreprise Immune Biosolutions, issue de l’Université de Sherbrooke, s’est lancée dans cette quête. « Avant la pandémie, nous avions toutes les connaissances et tous les outils en place pour trouver des anticorps champions contre le cancer. Nous avons changé nos plans pour nous attaquer au coronavirus », indique Frédéric Leduc, chef de la direction et cofondateur de cette jeune pousse fondée en 2012.

Que ce soit contre une cellule cancéreuse ou un virus, les anticorps thérapeutiques, dits « monoclonaux » car tous identiques, agissent de deux façons : ils s’agrippent à leur cible, comme des tenailles, pour l’empêcher d’agir et ils alertent les cellules immunitaires pour qu’elles mènent l’assaut contre l’intrus. Très ciblés, ils ont à priori peu d’effets secondaires.

« Cette approche pourrait permettre d’avoir rapidement un traitement contre la COVID-19, avant même de disposer d’un vaccin. C’est d’ailleurs un cocktail d’anticorps, le ZMapp, qui a été utilisé en premier lors de l’épidémie d’Ebola en 2014-2016. Les anticorps pourraient aussi être administrés en prévention, pour protéger le personnel de santé », commente Jonathan Abraham, microbiologiste à la Harvard Medical School et président d’un groupe de travail sur les traitements contre la COVID-19.

Persistant quelques semaines après leur injection dans le sang, ces soldats de l’immunité pourraient aussi donner un coup de pouce aux personnes âgées ou immunodéprimées, chez qui un vaccin pourrait être moins efficace.

Hélas, attraper ces missiles de précision n’est pas une mince affaire. Après une infection, l’organisme produit une foule d’anticorps qui reconnaissent divers morceaux du pathogène, mais qui n’ont pas tous le pouvoir de l’intercepter.

Pour déceler des anticorps dits « neutralisants » contre le SARS-CoV-2, les chercheurs ciblent en priorité ceux qui se lient aux protéines S. Situées à la surface du virus, ces « pointes » lui servent de clé pour infecter les cellules. En mai, une équipe de Beijing a passé au crible plus de 8 500 anticorps issus de 60 patients convalescents et n’en a découvert que 14 très puissants contre le coronavirus. Autant d’aiguilles dans une botte de foin !

Si l’équipe chinoise pense disposer d’un traitement dès l’hiver, la compétition est serrée. À Vancouver, l’entreprise AbCellera, partenaire du géant Eli Lilly, a pu sélectionner 500 anticorps à partir du sang d’un patient américain dès la fin février et en a choisi un qui est en cours d’essai clinique.

En Europe, le projet ATAC (Antibody Therapy Against Coronavirus) a examiné le sang de convalescents chinois et italiens et isolé 17 anticorps neutralisants, testés chez des primates. Quant au laboratoire américain Regeneron, il a lancé en juin des essais cliniques avec deux candidats obtenus grâce à des souris qui produisent des anticorps « humanisés ».

L’équipe d’Immune Biosolutions a également passé au peigne fin le plasma d’une dizaine de patients guéris, mais elle a surtout eu recours à des poulets pour dénicher ses candidats. « On leur injecte les protéines virales, puis on isole un par un leurs lymphocytes B, les cellules qui produisent les anticorps, dans des nanopuits. On en teste plusieurs centaines de milliers à la fois pour sélectionner ceux qui neutralisent le virus », explique Frédéric Leduc. Les « champions » ont été testés sur des animaux et les meilleurs pourraient entrer en phase clinique cet automne.

Il faudra pour cela les produire en grande quantité. Une fois un lymphocyte gagnant repéré, les chercheurs clonent sa séquence génétique qui code pour l’anticorps et l’insèrent dans des cellules cultivées dans des bioréacteurs (des cellules de hamster). Celles-ci produisent des anticorps en masse, qui sont ensuite extraits et purifiés.

Le processus est bien rodé : l’utilisation d’anticorps en médecine est en plein boum. Environ 80 d’entre eux ont été approuvés en Amérique du Nord et près de 200 sont en phase finale d’essais cliniques, principalement contre le cancer ainsi que les maladies inflammatoires et neurodégénératives. Leur emploi contre les maladies infectieuses est plus timide, même si certains sont commercialisés, entre autres contre la rage, l’anthrax et le C. difficile.

« Chez les agents infectieux, les cibles d’anticorps peuvent être variables et changer à cause des mutations génétiques : il est plus dur de trouver une cible unique pérenne », dit Guillaume Desoubeaux, spécialiste des biomédicaments à l’Université de Tours, en France. Un cocktail de deux ou trois anticorps pourrait donc être nécessaire pour mater le SARS-CoV-2.

Mais il y a un autre obstacle de taille : chaque injection coûte plusieurs centaines de dollars, bien plus cher que d’éventuels antiviraux. « Leur potentiel thérapeutique est immense, mais le coût est la principale limite », estime Frédéric Leduc. En produisant son traitement au Québec, dans les installations existantes d’un partenaire encore tenu secret, Immune Biosolutions espère toutefois être compétitive et amener son champion jusqu’à la ligne d’arrivée.

Publicité

À lire aussi

Santé

COVID-19: doit-on se raser la barbe?

Les professionnels de la santé doivent être rasés en tout temps pour le port efficace du masque de protection N95.
Annie Labrecque 08-04-2020
Santé

Qu’arrive-t-il «après» l’assistance respiratoire?

Il n’existe pas encore de vastes études sur la survie des patients atteints de la COVID-19 qui se rendent jusqu’aux soins intensifs et/ou qui ont besoin d’assistance respiratoire, puisque la maladie est encore très récente.
Santé

Vers des vaccins efficaces pour guérir le cancer

Combattre les tumeurs à l'aide d'un vaccin: c'est le but des chercheurs de l'IRIC, à Montréal, qui ont réussi à trouver des cibles tumorales inattendues.
Marine Corniou 15-05-2019