Publicité
Santé

Des probiotiques dans le nez

23-08-2018

En cas de maux de ventre, les pharmaciens n’hésitent pas à conseiller la prise de probiotiques, ces « bonnes bactéries » qui rééquilibrent la flore intestinale. Le patient les ingère alors sous forme de capsules ou de lait fermenté. Et si, en cas de sinusite chronique, on les pulvérisait directement dans le nez ?

Santé Canada vient en effet d’approuver le ProbioRinse, mis au point par Martin Desrosiers, clinicien-chercheur au Centre hospitalier universitaire de Montréal. Ce produit contient des probiotiques, appelés Lactococcus lactis W136, qui seront administrés par voie nasale, une première médicale. « Ces probiotiques ont une action antibactérienne dans le nez », précise le docteur Desrosiers. Pas étonnant : la bactérie Lactococcus lactis est utilisée depuis plus de 100 ans dans l’industrie agroalimentaire pour éviter la croissance des bactéries et des champignons indésirables.

Interrogé à ce sujet, le docteur Benoît Guay, otorhinolaryngologiste à l’Hôtel-Dieu de Québec, explique : « Les traitements intranasaux modifieraient directement le microbiome du nez et l’inflammation de la muqueuse. D’après moi, les probiotiques sont vraiment le traitement d’avenir pour la rhinosinusite chronique », affirme le médecin, qui n’a pas participé au développement de ProbioRinse.

La sinusite chronique – à ne pas confondre avec la sinusite aiguë qui dure moins longtemps – touche 5 % de la population canadienne. Elle se caractérise par des douleurs au visage, une congestion nasale et des symptômes qui persistent pendant 8 à 12 semaines, voire plus, réduisant fortement la qualité de vie des patients. Selon certaines études, leur état de santé est comparable à celui des personnes souffrant d’arthrite, d’asthme, voire de cancer.

La cause des sinusites chroniques n’est pas encore clairement établie, mais elles sont associées à une forte inflammation. Pour en venir à bout, les médecins prescrivent des corticostéroïdes et des antibiotiques, ce qui peut augmenter les résistances bactériennes. « C’est pourquoi on cherche à améliorer ou même remplacer les solutions existantes », explique le docteur Desrosiers qui travaille depuis 25 ans sur les traitements de la sinusite. Il a prouvé l’efficacité de son produit lors d’un essai clinique auprès de 24 patients atteints de sinusite chronique sévère, à raison de deux applications par jour pendant deux semaines. Pourquoi si peu de participants ? « Pour un premier essai clinique, on teste toujours sur un petit échantillon de personnes », répond-il.

Déjà vendu sur le marché américain, ProbioRinse pourrait aussi soulager les rhinites allergiques. D’autres études sont toutefois nécessaires pour le confirmer. Le rhume des foins n’a qu’à bien se tenir.

Publicité

À lire aussi

Santé

Nanocolle: une révolution chirurgicale?

Une colle à base de nanoparticules pourrait révolutionner la chirurgie: elle permet de réparer des plaies profondes en quelques secondes.
Québec Science 28-04-2014
Santé

Imprimer des bras et des artères

Les imprimantes 3D gagnent du terrain dans tous les secteurs industriels, depuis l’aérospatiale jusqu’aux nanotechnologies. Et elles promettent aujourd’hui de repousser les limites de la médecine.
Marine Corniou 03-09-2018
Santé

L’ensemencement vaginal, utile?

Pour que les bébés nés par césarienne puissent hériter des bactéries de leur mère, certaines familles pratiquent un ensemencement vaginal.
Marine Corniou 16-02-2017