Publicité
Santé

Port du couvre-visage: halte aux mauvaises habitudes!

04-09-2020

Image: Shutterstock

Sous le nez, dans le cou, pendu à l’oreille : nombreux sont ceux qui ne portent pas le couvre-visage correctement.

Selon David Kaiser, chef médical du service Environnement urbain et saines habitudes de vie à la Direction de santé publique de Montréal, « il y a certainement place à l’amélioration ».

Depuis le mois de juillet, le port du couvre-visage dans les lieux publics intérieurs est obligatoire partout au Québec. Bien qu’il ne remplace pas les autres mesures de protection telles que la distanciation physique, il a pour but de limiter la propagation des gouttelettes respiratoires, et son efficacité est de plus en plus reconnue. Mais pour cela, encore faut-il qu’il soit porté adéquatement.

« L’élément le plus important, c’est d’avoir un couvre-visage de la bonne taille », explique Dr Kaiser. En effet, il est primordial que le masque artisanal soit adapté à sa morphologie. « On recommande qu’il ait une forme qui épouse quand même bien le visage. Les gros trous en dessous et sur les côtés du visage c’est certain que ça laisse sortir beaucoup plus de gouttelettes », rajoute Chantal Sauvageau, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive à l’Institut national de santé publique du Québec.

Ne pas toucher

Lorsque le couvre-visage est bien ajusté, on est moins porté à le manipuler. « L’idéal, c’est de ne pas y toucher », affirme Marie-Michelle Bellon, spécialiste en médecine interne. S’il est vraiment nécessaire de le faire, il faut se laver les mains avec du savon ou du gel désinfectant avant et après l’avoir manipulé. Il est aussi conseillé de le tenir le plus possible par les élastiques sans toucher au tissu. « Lorsqu’on quitte la maison avec notre masque, on quitte aussi avec notre petite bouteille de gel hydroalcoolique », renchérit Dre Sauvageau.

Porter le couvre-visage en dessous du nez n’est pas la meilleure idée. « Le virus s’attache à des récepteurs cellulaires qui sont présents en très grande quantité dans le nez. Donc s’il y a bien un endroit qu’il faut cacher, c’est le nez », explique la Dre Bellon.

Peut-on réutiliser le même masque en tissu toute la journée? Tout dépend de l’usage qu’on en fait. Après l’avoir porté pendant plus de 4 heures, « il est souvent humide, parce qu’on a respiré beaucoup dedans. Il perd alors de sa capacité à bloquer les gouttelettes », répond Dre Sauvageau. Il vaut mieux alors le changer, une pratique qui s’applique tant au masque réutilisable qu’au masque jetable.

Lorsque vient le moment d’enlever son couvre-visage, le mettre dans sa poche ou dans son sac à main n’est pas recommandé. « Le mieux, c’est d’avoir un petit étui qui contient des masques propres et un second étui qui contient les masques déjà portés » ajoute-t-elle.

Lavez, lavez

D’ailleurs, les masques réutilisables devraient en principe être lavés tous les jours. Selon Dre Sauvageau, il n’y a aucun problème à les laver avec d’autres vêtements dans la machine. Et nul besoin de les faire tremper dans de l’eau chaude pendant au moins 30 minutes. Avec la progression des connaissances, « on se rend compte que c’est un virus qui se brise assez facilement avec de l’eau et du savon, comme c’est le cas sur nos mains, donc un lavage ordinaire peut très bien faire le travail », affirme-t-elle.

Ainsi, la communauté scientifique est unanime: le port du couvre-visage nous protège que s’il est adapté au visage et lavé fréquemment. Après tout, le masque réutilisable, c’est comme des lunettes : il suffit d’une prescription ajustée à nos besoins et à ne pas mettre nos doigts sur les lentilles pour nous permettre d’y voir plus clair dans un contexte aussi incertain.

Différencier le masque du couvre-visage

Le masque, aussi appelé masque médical ou de procédure, est normé, son efficacité est connue et il est utilisé dans les milieux de soin.

Le couvre-visage peut être fait de tissu et il doit couvrir la bouche et le nez afin d’éviter la projection de gouttelettes respiratoires. Ce terme s’applique aussi au masque jetable ou médical.

Publicité

À lire aussi

Santé

Qu’est-ce qui cause les démangeaisons?

Piqûre de moustique, chandail en laine, herbe à poux, parasite, varicelle, anxiété, réaction allergique à un produit… Tout cela donne une irrésistible envie : celle de se gratter!
Annie Labrecque 23-05-2018
Santé

Problème de taille en Afrique du Sud

L'Afrique du Sud est confrontée à un gros problème: le tour de taille de la moitié de sa population. Est-ce le sort qui attend toute l’Afrique subsaharienne?
Santé

Les couples obèses prennent 55% plus de temps pour procréer

Chez les couples formés de deux personnes obèses, le temps nécessaire pour parvenir à une grossesse est augmenté.
Martine Letarte 06-02-2017