Publicité
Santé

Quels sont les symptômes d’une intolérance au gluten?

17-05-2018

Quels sont les symptômes d’une intolérance au gluten? On ne répond malheureusement pas à cette question en criant « gluten ».

Les deux protagonistes de cette affection sont la prolamine et la gluténine, les deux protéines qui composent le gluten et qu’on trouve dans le pain, les gâteaux, les céréales, ainsi que dans plusieurs aliments transformés. Ils donnent du fil à retordre à votre estomac, mais aussi aux chercheurs et aux professionnels de la santé !

Deux types de personnes tolèrent mal ces protéines : celles qui sont atteintes de la maladie cœliaque et celles qui ont une « sensibilité au gluten non cœliaque ». La première catégorie est sous-diagnostiquée : des études indiquent que jusqu’à 9 malades sur 10 ignorent leur condition. Quant à la sensibilité, communément appelée intolérance, elle est encore très mal comprise – et controversée.

Des symptômes communs

Il est ardu d’établir un diagnostic pour la maladie cœliaque qui touche environ 1 % de la population, car ses symptômes sont communs à d’autres maladies. « Ils sont super génériques : avoir mal au ventre, être constipé, avoir de la diarrhée, souffrir de ballonnements. Ce sont des symptômes que n’importe qui peut avoir tous les jours pour quantité de raisons différentes », signale Bernard Lavallée, nutritionniste et auteur du livre N’avalez pas tout ce qu’on vous dit. Pour compliquer les choses, certains patients sont asymptomatiques et d’autres ont des symptômes qui n’ont rien à voir avec la digestion, comme l’infertilité ou la fatigue chronique.

Pour confirmer le diagnostic de la maladie cœliaque, il suffit d’une prise de sang et d’une biopsie intestinale, deux tests qui repéreront les lésions de l’intestin et les anti-transglutaminases. Ces anticorps attaquent la paroi intestinale.

Une modification de la diète peut toutefois fausser les résultats. « Quand les gens retirent le gluten de leur alimentation avant d’aller passer des tests, le marqueur sanguin n’est pas là », indique Bernard Lavallée. C’est pourquoi il est impératif de consulter un professionnel de la santé avant d’entreprendre tout changement majeur de votre alimentation.

La maladie cœliaque n’est pas à prendre à la légère : la paroi de l’intestin peut s’en trouver abîmée et l’absorption des nutriments est alors compromise. Pour éviter ces conséquences, un régime sans gluten doit être suivi à la lettre.

La sensibilité au gluten

La sensibilité au gluten non cœliaque touche quant à elle environ 6 % des Canadiens. Les symptômes sont très similaires à ceux de la maladie cœliaque et du syndrome du côlon irritable. Par contre, il n’existe pas de test pour confirmer cette affection, car aucun biomarqueur n’a encore été identifié.

En outre, la science n’arrive toujours pas à expliquer pourquoi l’élimination du gluten chez ces patients réduit les malaises intestinaux. Est-ce vraiment le gluten qui pose problème ? « Quand on retire un aliment de notre diète, on retire aussi toutes les molécules différentes dont il est constitué. C’est difficile de savoir laquelle a un impact précis sur notre santé », soutient Bernard Lavallée.

Une étude publiée en février dernier dans la revue scientifique Gastroenterology laisse croire que les fructanes, présentes dans plusieurs aliments, dont le blé, l’ail et les oignons, peuvent être responsables des symptômes, dans certains cas. D’autres pistes sont également suivies par les scientifiques, dont l’effet des inhibiteurs de l’amylase/trypsine, des protéines qui permettent au blé de se défendre contre les parasites. Ils sont davantage présents dans le blé moderne et déclencheraient une réaction immunitaire.

Dans le doute sur le gluten, consultez toujours votre médecin. Et faites attention aux pièges du marketing, rappelle Bernard Lavallée: « Un gâteau sans gluten n’est pas meilleur pour la santé. Ça reste un gâteau! »

Cet article fait partie d’un dossier répondant aux 50 questions de santé les plus fréquemment entrées par les Québécois dans le moteur de recherche Google. Pour accéder à toutes les questions de santé, cliquez ici.

 

Publicité

À lire aussi

Santé

L’impact du 9 à 5 sur le cerveau des couche-tard

Les oiseaux de nuit qui font du 9 à 5 vivent en constant décalage horaire, et cela nuirait à leurs capacités de concentration et de vigilance.
Santé

Comment décoincer un nerf sciatique?

Les nerfs sciatiques sont les plus gros et les plus longs du corps humain; pas surprenant qu’ils soient ceux qui coincent le plus souvent.
Maxime Bilodeau 17-05-2018
Santé

Et si on remplaçait le déodorant par de bonnes bactéries?

Remplacer les bactéries responsables des mauvaises odeurs d'aisselles par des bactéries moins néfastes: testé et approuvé!
Marine Corniou 13-02-2017