Publicité
Sciences

Quatre nouveaux éléments dans le tableau périodique

02-12-2016

C’est officiel: le 28 novembre 2016, 4 nouveaux éléments ont fait leur entrée dans le tableau périodique.

L’Union internationale de chimie pure et appliquée a approuvé officiellement les symboles et les noms de ces éléments découverts ou mis en évidence entre 2002 et 2014 par les scientifiques.

Accueillons donc le nihonium (Nh), le moscovium (Mc), le tennessine (Ts), et l’oganesson (Og), respectivement dotés des numéros 113, 115, 117, et 118.

Pour respecter la tradition, ces éléments ont été nommés selon la région ou le lieu de leur découverte, ou en l’honneur d’un scientifique.

Pour la petite histoire, le nom nihonium vient du terme Nihon, qui veut dire Japon, puisqu’il a été découvert au RIKEN Nishina Center for Accelerator-Based Science.

Le moscovium, quant à lui, est le fruit d’un travail conjoint entre des scientifiques russes et des scientifiques américains. C’est un hommage à Moscou.

Le tennessine a été mis en évidence, on s’en doute, au…Tennessee. Et finalement, l’oganesson honore le Professeur Yuri Oganessian (né en 1933), un ponte en physique nucléaire qui a travaillé sur les éléments dits « superlourds », dont font partie ces 4 nouveaux.

Les quatre éléments ne se trouvent pas dans la nature: ils ont été créés artificiellement dans des accélérateurs de particules, en faisant fusionner des noyaux d’atomes plus petits, comme l’explique (en anglais) la vidéo ci-dessous.

 

Publicité

À lire aussi

Sciences

Sauver les lions blancs du Timbavati

En Afrique du Sud, un couple d'écologistes tente par tous les moyens de protéger ces félins rares, dont le pelage blanc et le regard bleu aiguisent l'appétit des braconniers.
Lucie Pagé 28-03-2019
Sciences

L’abominable hum

Un son grave et inexpliqué casse les oreilles du monde d'un bout à l'autre de la planète. Enquête pour trouver ce qui cause cet abominable hum.
Sciences

Les ondes gravitationnelles? Pas sûr, finalement…

En mars, une équipe annonçait avoir détecté les ondes gravitationnelles primordiales, le Graal de la cosmologie. Mais ils ont peut-être parlé trop vite...
Québec Science 30-05-2014