Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Reportages

Écrire ou taper?

Par Hélène Matteau - 22/09/2015
Cela semble l’évidence. Comme nous écrivons et écrirons de plus en plus au clavier – au point que plusieurs d’entre nous perdent peu à peu l’habitude de tracer les lettres au crayon – à quoi sert-il à nos enfants d’apprendre à écrire à la main? Et pourquoi en lettres attachées?



Fini l’écriture cursive? C’est le choix qu’a fait la Finlande qui va privilégier l’enseignement de la dactylographie, plutôt que celui de la calligraphie. Avec une concession tout de même: un cours optionnel d’écriture en script. Justification de l’Office national de l’éducation de ce pays: «Avoir de bonnes compétences dactylographiques est devenu d’importance nationale. [Et] savoir écrire avec un clavier est plus pertinent pour la vie quotidienne.» Jamais un pays n’est encore allé aussi loin.

Plus loin que les États-Unis, où, dans la presque totalité des écoles, le script est
enseigné en priorité et le clavier, introduit dès la deuxième année du primaire. De quoi faire frémir la France qui s’en tient depuis toujours à l’écriture cursive, et cela dès la maternelle.
Est-ce à dire que le crayon et le stylo, comme la plume avant eux, risquent d’être bientôt mis aux oubliettes? Que nous devrons faire une croix sur six millénaires de savoir-faire? Peut-être. Mais il semble bien que ce ne soit pas le Québec qui jettera le crayon le premier! Car ni le ministère de l’Éducation, ni les écoles, ni les enseignants, ni les parents ne semblent d’accord avec cette idée. On attend plutôt que les résultats des recherches attestent formellement la supériorité du clavier sur le crayon pour l’apprentissage et le développement de l’écrit. Or, pour le moment, rien ne peut le confirmer.

Au sommaire:
  • Une révolution pédagogique
  • Des lettres bien attachantes (à lire en entier ici)
  • Que se passe-t-il dans le cerveau quand on apprend à écrire?
  • Ecrire à la main, étape par étape. Entrevue avec Isabelle Montésinos-Gelet.

Lire le dossier dans le numéro d'octobre 2015.

Illustration: Katy Lemay

Partagez  


Afficher tous les textes de cette section