Publicité
Société

Les fantasmes sexuels sur Internet

18-02-2015

À lire: Fantasmes: du côté de l’interdit (mars 2015)

On y navigue incognito. Internet permet de laisser libre cours à son imagination, à l’abri de tout jugement. Mais, alors que les utilisateurs tapent sans rougir des mots clés coquins dans leur moteur de recherche, leurs requêtes n’en sont pas moins «publiques». Ce qui permet de faire d’Internet «la plus vaste expérience au monde sur le comportement humain», selon les neurobiologistes américains Sai Gaddam et Ogi Ogas.

Informaticiens chevronnés, ils ont analysé, entre 2009 et 2010, environ 1 milliard de mots clés à connotation sexuelle, 1 million de sites porno, plus de 1 million de vidéos X, des dizaines de milliers de romans érotiques et 5 millions de petites annonces pour découvrir les désirs secrets de 100 millions d’internautes provenant des États-Unis, mais aussi du Canada, d’Inde, du Nigeria et du Royaume-Uni. Le résultat, un livre de 400 pages, intitulé A Billion Wicked Thoughts, dont les révélations sont parfois… inattendues.

On y apprend, par exemple, que les hommes hétérosexuels sont friands de shemales, qu’ils sont fascinés par les images de gros pénis et qu’ils fantasment sur leurs femmes ayant des rapports avec d’autres hommes. Les femmes, elles, préfèrent les histoires aux images (68 millions de Nord-Américaines achètent chaque année des romans érotiques en ligne) et elles aiment les histoires d’amour mettant deux hommes en scène, comme Le secret de Brokeback Mountain.

Sans surprise, l’immense majorité des recherches sont faites par des hommes et l’un des plus grands centres d’intérêt est la domination associée à la soumission. Le mot «jeunesse» est le plus recherché par les hommes, suivi par «gay», mais les femmes plus âgées ne sont pas en reste. La porno impliquant des femmes de 50 ou 60 ans et les mots clés «mom» ou «granny porn» sont extrêmement populaires. Au total, 35 intérêts sexuels différents (dont: jeunes, Noirs, sexe en groupe ou fellation) constituent 90% de toutes les recherches.

Dans leur ouvrage, les chercheurs tentent d’expliquer ces préférences par des théories évolutionnistes. Un exemple? Les hommes aiment les talons aiguilles, car ils donnent l’illusion de petits pieds et de longues jambes, de fesses plus rebondies, autant de signes de féminité et de fécondité! Quant à la fascination des hommes pour les pénis et les shemales, tout viendrait de la «compétition spermatique», bien connue des biologistes évolutionnistes, qui traduit la compétition entre les éjaculats de différents mâles pour la fertilisation des ovocytes. En voyant leurs femmes se faire prendre par d’autres, ou indirectement en visualisant d’autres pénis, le désir des hommes serait augmenté, car ils se sentiraient menacés par le fait que d’autres puissent féconder leur femme. Tout s’explique!

Publicité

À lire aussi

EN PARTENARIAT AVEC LES FONDS DE RECHERCHE DU QUÉBEC
Société

Transition écologique: mettre nos ressources en commun

Marie-Soleil L’Allier consacre sa thèse de doctorat aux « communs » urbains, un régime de partage qui a le vent en poupe à l’heure des défis environnementaux.
Maxime Bilodeau 14-02-2019
Société

Adoption: les élus et les damnés

La Convention de La Haye a transformé le portrait de l’adoption internationale. Ce sont désormais des bambins «à besoins spéciaux» qui arrivent au Québec. Pendant ce temps, de nombreux enfants en bonne santé restent coincés dans les orphelinats de leur pays.
Dominique Forget 15-02-2016
Société

Mères porteuses: pratique noble ou immorale ?

La gestation pour autrui est permise au Canada, si elle n’est pas rémunérée. Au Québec, en revanche, les ententes entre mères porteuses et parents d’intention n’ont aucune valeur légale. Doit-on légaliser la pratique ?