Publicité
Société

L’humour noir, un signe d’intelligence?

31-01-2017

L’humour noir et l’intelligence font la paire, selon une nouvelle étude.

Des chercheurs de l’Université de médecine de Vienne en Autriche se sont penchés sur l’appréciation de l’humour noir dans un groupe de plus de 150 personnes.

Ils ont ainsi pu définir le profil de l’amateur de ce type de blagues. Ils ont une intelligence verbale et non verbale élevée, sont moins affectés par des troubles de l’humeur et démontrent une faible agressivité. Rien d’inquiétant donc, si vous aimez les blagues morbides que plusieurs trouvent de mauvais goût!

Chez ceux qui apprécient le moins l’humour noir et le comprennent modérément, on retrouve plutôt des niveaux d’intelligence verbale et non verbale dans la normale. Ils ont aussi montré un niveau plus élevé de troubles de l’humeur et d’agressivité.

L’âge et le genre ne semblent pas avoir d’incidence significative sur l’appréciation de l’humour noir.

Par contre, ils ont trouvé des différences dans les niveaux d’éducation : les amateurs seraient en général plus éduqués que les autres. Pouvoir apprécier l’humour noir serait donc lié à des éléments cognitifs, mais aussi affectifs.

Être peu friand de blagues sur des situations tragiques alors qu’on est soi-même émotionnellement instable ? Élémentaire, mon cher Watson !

Photo: macadamvalley.com

Publicité

À lire aussi

En partenariat avec l'Université du Québec
Société

Autochtones, cette université est la vôtre

Au sein du réseau de l’Université du Québec, les idées se multiplient pour mieux répondre aux besoins des étudiants autochtones.
Société

Examiner l’avenir des universités

Même en science, le Canada compte deux solitudes. Alors que le pays figure parmi les moins performants en matière d’investissement dans le domaine de la recherche, le Québec arrive à tirer son épingle du jeu. Mais il faut réévaluer le rôle des universités.
Raymond Lemieux 26-10-2012
En partenariat
Société

Préscolaire: faux départ pour la maternelle 4 ans

La croissance rapide des prématernelles à temps plein ne tient pas compte des récents constats des chercheurs. Les perdants, ce sont les enfants vulnérables qu’elles devraient aider.