Publicité
Société

Dessine-moi un scientifique! Les dessins d’enfants révèlent l’évolution des stéréotypes

24-03-2018

Dessin issu d'une collection de chercheurs de l'université d'Hawaii.

« Dessine-moi un scientifique. » À cette consigne, de plus en plus d’enfants aux États-Unis répondent par un dessin de femme scientifique.

Depuis les années 1960, des chercheurs font régulièrement passer ce test de dessin à des élèves âgés de 5 à 18 ans. Les résultats combinés de 78 études, soit 20 860 dessins d’enfants et d’adolescents, viennent d’être publiés dans le journal Child Development.

Entre 1966 et 1977, moins de 1% des élèves représentaient une femme, alors qu’aujourd’hui, environ un enfant sur trois le fait.

Un pas non négligeable, même s'il reste du chemin à faire. Jusqu’à l’âge de 5-6 ans, les enfants dessinent aussi bien des scientifiques hommes que des femmes. La tendance s’inverse toutefois au secondaire: 75 % des filles et jusqu'à 98% des garçons de 16 ans dessinant alors un homme.

Les auteurs expliquent ce changement drastique par l’exposition des élèves aux stéréotypes de genre sur les scientifiques à mesure qu’ils grandissent. D’autres clichés persistent par ailleurs : les enfants représentent 50% des scientifiques avec un sarreau, 38% avec des lunettes, 22% seulement en train de travailler à l’extérieur et près de 80% avec la peau blanche.

Les auteurs de cette synthèse, chercheurs en psychologie à la Northwestern University, insistent sur l’importance d’avoir des modèles de femmes scientifiques, étudiantes ou chercheuses et d’augmenter leur représentation dans les médias pour enfants et adolescents, ainsi que dans les manuels scolaires.

Ce test par le dessin est un outil intéressant pour mettre en évidence les stéréotypes perçus par les enfants, car ils les apprennent souvent implicitement avant d’être capables de les exprimer explicitement. En 2017, une étude montrait qu’à partir de 6 ans, les filles avaient tendance à estimer les garçons plus intelligents ou plus brillants qu’elles, et donc plus prompts à poursuivre une carrière en physique par exemple.

Même si c’est la première fois qu’autant de femmes scientifiques apparaissent dans des dessins d’enfants, elles restent sous-représentées, comme elles le sont dans la plupart des domaines scientifiques, tel que nous l’évoquions dans l’éditorial de Marie Lambert-Chan en janvier dernier.
 

Publicité

À lire aussi

Société

Redéfinir le travail pour vaincre l’épuisement professionnel

Au Canada, l’épuisement professionnel est à l’origine de près de la moitié des prestations d’invalidité.
Québec Science 02-10-2012
Culture

Le meilleur de la culture scientifique – Octobre-novembre 2017

Notre journaliste déploie son flair pour sélectionner le meilleur de la culture scientifique, qu'il s'agisse de livres, de balados, d'expositions, de documentaires, d'émissions ou d'événements.
Société

Trump: une anomalie qui nargue les politologues

Personne ne croyait que Donald Trump parviendrait à la grande finale de la course à la présidence des États-Unis. Les modèles de prédiction électorale sont-ils dépassés ? Et les politologues, déconnectés ?